Spécialistes du secteur

Profitez des conseils et des connaissances de professionnels des placements et de la négociation.



 

Scotia iTRADE vous ouvre la voie en vous donnant accès à des spécialistes réputés.

En tant que client, vous pouvez tirer parti de l’expertise en placements et en négociation de nos partenaires du secteur. Certains d’entre eux ont plus de 10 ans d’expérience dans le secteur financier et leurs domaines de spécialisation comprennent les FNB, les titres à revenu fixe, l’analyse technique, les options et plus.

Pour plus d’information, consultez les biographies de nos spécialistes du secteur, qui figurent ci-dessous.

Notre fonction Ask The Expert1 offre des réponses à vos questions sur un type spécifique de placement, par l’entremise d’un de nos spécialistes du secteur (en anglais seulement).

Spécialistes du secteur – Foire aux questions

Nos experts peuvent vous informer sur des sujets spécialisés. Depuis le lancement de notre programme, plusieurs clients de Scotia iTRADE ont posé des questions semblables, et nous avons décidé de regrouper ici les réponses. Si la vôtre n’est pas traitée ci-dessous, faites-la-nous parvenir sans hésiter, et nos experts s’efforceront de vous éclairer.

Actions privilégiées

Expert – Scotia iTRADE

Les deux types d’actions constituent une participation dans la société émettrice. Si celle-ci voit ses résultats s’améliorer et le cours de son action grimper, l’épargnant réalise un gain. Or, si elle voit sa situation se détériorer et son action perdre de la valeur, l’épargnant risque d’essuyer une perte.

Les actions ordinaires donnent à leur détenteur un droit de vote, mais pas toutes les actions privilégiées. Dans certains cas, le détenteur reçoit plusieurs droits de vote par action privilégiée. Que l’action soit ordinaire ou privilégiée, l’émetteur peut verser un dividende. Pour l’action privilégiée, ce dividende sera fixé d’avance, tandis que pour l’action ordinaire, le montant sera déterminé par le conseil d’administration, qui le déclarera généralement après une réunion.

Les actionnaires privilégiés ont préséance sur les actionnaires ordinaires quant aux actifs et aux bénéfices de la société émettrice et sont toujours remboursés avant eux. Cette distinction prend toute son importance en situation d’insolvabilité de la société émettrice. Les actionnaires ordinaires peuvent prétendre aux actifs de la société, mais seulement après le remboursement des créanciers et des obligataires et le versement des dividendes dus aux actionnaires privilégiés.

L’action privilégiée prévoit le versement d’un dividende fixe selon un calendrier préétabli, comme l’obligation, mais se négocie en bourse, comme l’action ordinaire. Il s’agit donc d’un titre hybride qui permet de profiter d’une prise de valeur de la société émettrice. De plus, les versements fixes étant normalement garantis, le cours fluctue moins que celui de l’action ordinaire.

Contrairement à l’action ordinaire, l’action privilégiée peut comporter une clause de remboursement anticipé donnant à l’émetteur le droit de la racheter après un délai fixé d’avance. Nous vous recommandons de bien vous informer avant d’acheter une action privilégiée.

Enfin, l’action privilégiée peut être convertible, c’est-à-dire que le détenteur a le droit d’échanger ses actions privilégiées contre un nombre donné d’actions ordinaires. Quant à l’action ordinaire, elle n’est jamais convertible.    

Analyse technique

Expert – Recognia

Les écarts sont des indicateurs techniques importants, car ils indiquent les zones de soutien ou de résistance dans l’évolution des cours. Il en existe deux types : l’écart à la hausse et l’écart à la baisse. Leur influence est généralement de très courte durée, s’effaçant après une dizaine de barres.

Les écarts à la hausse sont habituellement perçus comme des phénomènes haussiers. Lorsque le cours d’un titre monte au-delà d’un écart, on assiste au franchissement d’un seuil psychologique majeur. Cependant, si l’on a trois écarts à la hausse dans une tendance, c’est souvent le présage d’un renversement de la tendance par essoufflement.

Les écarts à la baisse, quant à eux, sont généralement vus comme des phénomènes baissiers. Lorsque le cours d’un titre descend en deçà d’un écart, c’est signe que les négociateurs sont craintifs et font baisser rapidement le cours. Encore une fois, la succession de trois écarts à la baisse dans une tendance peut annoncer son renversement par essoufflement.    

Expert – Recognia

Le passage d’un cours au-dessus ou en dessous de sa moyenne mobile est souvent considéré comme un événement technique important. Pour regarder les moyennes mobiles sur un diagramme avancé de Scotia iTRADE, regardez la section des indicateurs techniques. Vous pouvez régler la période de la moyenne mobile à votre guise. Dans cet exemple, on constate que le cours a croisé la moyenne mobile sur 50 jours avant de grimper abruptement.

 

Vous pouvez aussi utiliser l’outil d’analyse technique Recognia pour repérer les événements techniques importants relatifs à un instrument, comme le croisement d’une moyenne mobile. À la page Stock Quote, sélectionnez Technical Analysis pour voir l’analyse Recognia de l’instrument.

Expert – Recognia

Il n’y a pas de définition universelle pour marché baissier. Cela dit, il est souvent question d’une chute de 20 % ou plus sur une période d’au moins deux mois. Pour une baisse de 10 %, on parle normalement de correction.

Comptes

Expert – Scotia iTRADE

Dans les comptes au comptant et les autres comptes non enregistrés, vous pouvez avoir, entre autres, des actions, des fonds communs de placement, des FNB, des titres à revenu fixe et des options négociables. Quant aux CELI, ils peuvent contenir des actions, des obligations, des fonds communs de placement, des CPG et des FNB.    

Contrats d’options

Expert – Pro Market Advisors

Comme pour toute position acheteur (longue), l’un des risques est que la valeur du titre qui fait l’objet de la position tombe à zéro. En pareil cas, le détenteur perd tout l’argent placé.

Parmi les autres risques, il y a celui que l’option fasse l’objet de changements, ce qui modifierait votre exposition au risque. Lorsqu’une position acheteur sur option de vente est conservée jusqu’à l’échéance, il peut y avoir exercice automatique (avec les risques que cela comporte) si l’option est dans le cours à 0,01 $ près (conformément aux règles de la CDCC). Le cas échéant, la position acheteur sur option de vente peut donner lieu à une vente à découvert, et le détenteur se retrouve avec les risques liés à celle-ci. Vous aurez sans doute compris que le risque peut dépasser de loin celui d’une position acheteur sur option de vente. Nous vous recommandons donc de tenir compte de l’éventualité d’un exercice automatique si vous décidez de conserver une position acheteur sur option de vente jusqu’à son échéance.    

Expert – Scotia iTRADE

L’ARC interdit le recours à l’effet de levier dans les comptes enregistrés. Si une option de vente était vendue dans un compte enregistré, il serait impossible de garantir que les liquidités du compte ne serviraient pas à d’autres fins. En d’autres termes, on pourrait vendre l’option de vente et utiliser ensuite des liquidités pour acquérir un autre titre; il y aurait alors dans le compte enregistré une option de vente non couverte, ce qui est expressément interdit. Dans un compte sur marge, une part de l’actif du compte est automatiquement réservée pour couvrir les obligations liées aux options non couvertes, ce qui garantit la bonne exécution en cas d’exercice de l’option ou de mouvements défavorables sur les marchés.

Soulignons également les différences d’ordre terminologique : une option d’achat est dite « couverte » si son vendeur en détient le titre sous-jacent; par contre, l’option de vente n’est pas vendue contre un titre sous-jacent et n’est dite que « garantie par des liquidités ». L’opposition entre le deux est donc asymétrique, et Scotia iTRADE n’a aucun moyen de garantir la position sur options de vente garantie par des liquidités. C’est pourquoi les stratégies fondées sur les options de vente garanties par des liquidités ne sont pas possibles sur la plateforme de Scotia iTRADE et sont interdites dans les comptes enregistrés. Elles sont traitées comme des stratégies d’options de vente non couvertes.    

Expert – Bourse de Montréal

Le condor de fer est une stratégie à delta neutre et à risque défini qui repose sur l’hypothèse qu’une action, un FNB ou un indice restera dans une fourchette de valeurs donnée (niveaux de soutien et de résistance). Comportant quatre composantes, il combine un écart baissier sur options d’achat hors du cours à un écart haussier sur options de vente hors du cours. On l’établit en plaçant l’écart vertical sur options d’achat en position vendeur au-dessus du niveau de résistance et l’écart vertical sur options de vente en position vendeur en dessous du niveau de soutien.    

Expert – Bourse de Montréal

Plusieurs motifs peuvent amener un investisseur à vouloir une option hors du cours :

  • Il est convaincu que l’action atteindra le cours cible.
  • Il s’attend à un important mouvement favorable du cours.
  • Il veut augmenter l’effet de levier; il peut acheter plus de contrats d’option pour la même somme si le prix est hors du cours.

Le delta mesure l’effet d’une augmentation de 1 $ du cours du titre sous-jacent. Il sert à estimer la probabilité que l’option soit dans le cours lorsqu’elle arrive à échéance. Les options hors du cours ont de très faibles deltas. Par conséquent, l’investisseur peut arriver à un compromis entre le risque plus élevé que l’option expire sans valeur et le prix plus faible de l’option (le prix de l’option hors du cours se résume à la valeur temps).    

Fonds négociés en bourse (FNB)

Expert – Horizons ETFs

Bien que le FNB se négocie en bourse comme l’action, s’il ne contient pas ce type de titre, son cours devrait normalement peu se ressentir de la volatilité des marchés boursiers, à moins que sa catégorie d’actif soit fortement corrélée aux actions. Par exemple, les FNB fondés sur des catégories comme l’or ou les bons et obligations du Trésor, qui affichent habituellement une corrélation négative avec les actions, ont connu de très bons résultats durant la crise financière de 2007-2008.

Lorsque les marchés se font volatils, les FNB peuvent être avantageux sur le plan de la liquidité, car l’épargnant peut en acheter et en vendre tout au long de la journée, contrairement à d’autres types de valeurs mobilières, comme les titres à revenu fixe, dont il aura peut-être du mal à se départir en cas de cessions massives et généralisées.

Le point à retenir, c’est que la valeur liquidative des parts d’un FNB est corrélée au rendement des titres qui le composent    

Expert – Horizons ETFs

L’idée derrière le FNB était de combiner les grands avantages de l’action à ceux du fonds commun.

  • Points communs avec l’action
  • Tout comme l’action, le FNB se négocie en bourse et a son symbole boursier. Par conséquent, on peut acheter ou vendre des FNB n’importe quand durant la séance (jour de bourse) à l’intérieur de son compte de courtage et en suivre assez facilement le rendement de l’ouverture à la clôture de la Bourse.
  • Points communs avec le fonds commun
  • Le FNB est une solution diversifiée comme le fonds commun : il détient un panier de titres, ce qui donne à l’épargnant la possibilité d’acheter indirectement de nombreuses valeurs mobilières différentes en une même transaction. On peut d’ailleurs classer les FNB parmi les fiducies d’investissement à capital variable, comme les fonds communs, en ce sens où leur cours correspond à la valeur marchande cumulative des titres qu’ils détiennent.

En règle générale, les FNB sont assortis de frais de gestion plus faibles que les fonds communs, ce qui n’est sans doute pas étranger à leur popularité croissante auprès des épargnants canadiens aux dépens des fonds communs.    

Expert – Horizons ETFs

Au Canada, la plupart des FNB d’actions américaines et des FNB liés à un indice boursier ont une version couverte en devises et une autre non couverte. En termes simples, une stratégie de couverture a pour but de neutraliser les effets des variations des taux de change sur le rendement du FNB.

Par exemple, un FNB à couverture de change reproduisant l’indice S&P 500 ne tirerait pas profit de l’appréciation du dollar américain par rapport au dollar canadien, mais serait en contrepartie à l’abri de sa dépréciation. On obtient donc un FNB neutre en devises qui n’expose l’épargnant qu’au rendement des titres qui le composent. Cela dit, la couverture de change d’un FNB est associée à des coûts et, généralement, à un indicateur de déviation élevé      

Expert – Horizons ETFs

En règle générale, les FNB à faible duration peuvent être efficaces contre l’augmentation des taux d’intérêt. Cette caractéristique signifie non pas que le risque est faible, mais bien que le portefeuille est moins sensible aux taux d’intérêt que le marché dans son ensemble. Or, le risque de taux d’intérêt n’est pas le seul qui guette les détenteurs de titres à revenu fixe. Si vous optez pour un FNB à faible duration pour vous doter de titres à revenu fixe moins sensibles aux taux d’intérêt, ne perdez pas de vue votre profil risque/rendement. Par exemple, les FNB de prêts privilégiés ont une faible duration et peuvent offrir une protection contre l’inflation, mais ils contiennent habituellement des obligations de qualité inférieure, qui pourraient ne pas satisfaire aux critères de risque de crédit de votre portefeuille.    

Expert – Horizons ETFs

La plupart de ces FNB investissent dans des contrats à terme d’or, qui se négocient généralement très près du prix au comptant du métal précieux.

Avec les FNB d’or à effet de levier, qui ne servent qu’à reproduire le rendement quotidien des contrats à terme d’or, il faut se rappeler que le cours est rajusté chaque jour pour doubler l’exposition au lingot d’or.

Si l’on conserve ce type de FNB plus d’un jour, le rendement différera possiblement de celui de l’indice reproduit    

Expert – Horizons ETFs

Au Canada, on dénombre quelque 500 FNB qui, dans les faits, donnent accès à des dizaines de stratégies et de catégories d’actif.

À l’heure actuelle, il y a des FNB pour les catégories d’actif suivantes, entre autres :

  • Actions (actions canadiennes, américaines et mondiales, actions de sociétés à petite capitalisation, actions des marchés émergents, actions sectorielles)
  • Obligations (obligations de sociétés de première qualité, valeurs du Trésor, obligations mondiales, obligations à rendement élevé, créances de premier rang)
  • Marchandises (or, contrats à terme de pétrole ou de gaz naturel)
  • Actions privilégiées
  • Volatilité
  • Multi-actifs (FNB de FNB)

Le risque d’un FNB dépend de la stratégie qui s’y rattache et des titres qui le composent. Les émetteurs canadiens de FNB sont tenus d’indiquer la cote de risque des fonds qu’ils offrent. Ils la publient normalement sur leur site Web.

  

Expert – Horizons ETFs

Remember that when you’re comparing a hedged to non-hedged product, you’re actually comparing ETFs that are impacted by currencies in different ways. For example, in a rising U.S. dollar market, a non-hedged U.S. equity ETF would do really well, where a hedged ETF would not. In the opposite scenario, the reverse would happen. For example in 2015, the S&P 500 delivered a 1% calendar year approximate return, while a non-hedged U.S. equity ETF in Canada investing in that index delivered about 20% due to the currency benefit. (Seeking Alpha, https://seekingalpha.com/article/3786046-2015-s-and-p-500-return).

The cost of hedging is different. ETFs that use hedging will cost more than an ETF that doesn’t hedge because there is a cost to hedge a portfolio. Generally this cost is shown in the trading expense ratio of the ETF and reflected in the performance. The best way to determine this cost is to compare a hedged ETF versus the underlying index it seeks to track in the local currency; for example the S&P 500. The difference in return, minus the management fees, can usually be attributed to the cost of the currency hedge.    

Fonds communs de placement

Expert – Scotia iTRADE

En tant que client, vous avez droit à tous les outils, articles de recherche et ressources dont vous avez besoin pour choisir et acheter les fonds communs qui conviennent à vos objectifs de placement, notamment le sélecteur de fonds communs de placement, l’outil d’évaluation et l’outil de comparaison.

Pour vous aider à diversifier votre portefeuille, nous vous offrons des fonds gérés par de grands noms du secteur, dont :

Fonds Scotia

AGF

BlackRock

Placements CI

Fonds Dynamique

Fidelity Investments Canada

Invesco Canada

Placements Mackenzie

Pour savoir quels fonds communs vous pouvez détenir dans votre compte Scotia iTRADE, n’hésitez pas à appeler au 1-888-872-3388 ou à écrire à service@scotiaitrade.com, et l’un de nos associés du service à la clientèle se fera un plaisir de vous répondre.    

Négociation

Expert – Scotia iTRADE

Veuillez noter que la Bourse de Toronto n’accepte pas les ordres stop au marché. Par conséquent, Scotia iTRADE désactive la fonction correspondante pour les ordres visant le marché canadien. Vous pouvez cependant passer dans votre compte Scotia iTRADE des ordres stop à cours limité sur les places boursières canadiennes, et des ordres de vente stop sur les marchés américains.

Les ordres de vente stop à cours limité deviennent des ordres à cours limité inscrits quand un lot de taille normale s’est échangé au prix cible ou sous le prix cible sur le marché où l’ordre a été inscrit. Les ordres d’achat stop à cours limité deviennent des ordres à cours limité inscrits quand un lot de taille normale s’est échangé au prix cible ou au-dessus du prix cible sur le marché où l’ordre a été inscrit.

Le cours de l’ordre stop à cours limité doit correspondre au cours stop à 10 % près.

Puisque ces ordres ne sont pas exécutables à leur inscription, quand ils sont inscrits au marché, ils le seront sur le marché principal (les TSX et TSXV) pour exécution et y resteront jusqu’à ce qu’ils soient annulés, expirés ou exécutés. Une fois inscrits au marché principal, si ces ordres sont changés, ils seront traités selon le « Traitement normal des ordres ».

Expert – Scotia iTRADE

Les vendeurs à découvert jouent un rôle important dans l’efficience des marchés : ils les rendent plus liquides et limitent l’emballement des cours qui suscitent un engouement ou un excès d’enthousiasme.

La vente à découvert, quand elle est bien faite, peut aussi servir à gérer les risques d’un portefeuille en cas de repli des marchés.    

Expert – Scotia iTRADE

Scotia iTRADE vous propose de l’aide contextuelle, indiquée par un point d’interrogation bleu juste à droite de l’étiquette Type de cours sur la fiche d’ordre. Vous trouverez ci-dessous des réponses à vos questions :

Types de prix

Ordre au marché : Ordre de vente ou d’achat d’actions au meilleur prix offert actuellement sur le marché.

Ordre à cours limité : Ordre de vente ou d’achat d’actions à un prix fixé ou à un meilleur prix.

Ordre stop : Les ordres de vente stop deviennent des ordres au marché inscrits quand un lot de taille normale s’est échangé au prix cible ou sous le prix cible sur le marché où l’ordre a été inscrit. Les ordres d’achat stop deviennent des ordres inscrits au marché quand un lot de taille normale s’est échangé au prix cible ou au-dessus du prix cible sur le marché où l’ordre a été inscrit. 

Quand un ordre d’achat ou de vente stop est déclenché, l’ordre devient initialement un ordre à cours limité sur le marché principal. Scotia iTRADE annule automatiquement l’ordre à cours limité et soumet un nouvel ordre au marché selon le « Traitement normal des ordres ». 

Ordre stop à cours limité : Les ordres de vente stop à cours limité deviennent des ordres à cours limité inscrits quand un lot de taille normale s’est échangé au prix cible ou sous le prix cible sur le marché où l’ordre a été inscrit. Les ordres d’achat stop à cours limité deviennent des ordres à cours limité inscrits quand un lot de taille normale s’est échangé au prix cible ou au-dessus du prix cible sur le marché où l’ordre a été inscrit. Le cours de l’ordre stop à cours limité doit correspondre au cours stop à 10 % près.

Puisque ces ordres ne sont pas exécutables à leur inscription, quand ils sont inscrits au marché, ils le seront sur le marché principal (les TSX et TSXV) pour exécution et y resteront jusqu’à ce qu’ils soient annulés, expirés ou exécutés. Une fois inscrits au marché principal, si ces ordres sont changés, ils seront traités selon le « Traitement normal des ordres ».

Ordre suiveur : Ordre de vente d’actions à un montant ou à un pourcentage établi en dessous du cours du marché (position acheteur). Son cours stop est ajusté en fonction de la fluctuation du cours, et il peut déclencher un ordre au marché. Lorsqu’un ordre suiveur est modifié, le prix calculé d’origine est recalculé selon le cours actuel du marché.    

Titres à revenu fixe

Expert – Gestion de patrimoine Scotia

Voyons d’abord ce que veut dire « garanti » dans « certificat de placement garanti » (CPG). Ce mot signifie que la Société d’assurance-dépôts du Canada (SADC) assure la somme épargnée à concurrence de 100 000 $. Cette protection ne s’applique qu’aux dépôts bancaires et aux CPG, et PAS aux autres instruments. Autrement dit, les obligations ordinaires ne sont pas des placements garantis comme les CPG. À noter que si vous investissez plus de 100 000 $ dans un CPG d’un émetteur donné, la SADC ne garantira pas l’excédent.

Quant aux autres obligations, elles ne donnent pas droit à cette assurance. L’investisseur doit donc se fier à la solvabilité de l’émetteur (une société ou un État). Ce n’est pas parce que l’obligation se classe plus haut dans la structure financière (en cas de faillite, l’obligataire a préséance sur l’actionnaire) et présente un risque de défaut plus faible que l’action du même émetteur que le titre est « garanti ».

Par ailleurs, tout comme l’action, l’obligation comporte un risque du marché : si vous vendez une obligation avant son échéance, il se peut qu’entre-temps, le cours ait diminué et soit devenu inférieur à votre prix d’achat. Cette situation peut s’expliquer par un abaissement de la cote de crédit de l’émetteur ou, pour la plupart des obligations, par une hausse des taux d’intérêt.

Pour ce qui est des versements, les obligations ne sont pas toutes identiques. La plupart sont à versement semestriel, c’est-à-dire qu’elles paient des intérêts tous les six mois (donc deux fois par an). Il existe aussi des obligations, quoique plus rares, à versement mensuel ou annuel. Nous vous recommandons de vous renseigner avant l’achat pour obtenir des obligations qui répondront à vos besoins.    

 

Expert – Gestion de patrimoine Scotia

En fin de cycle économique, le rendement des obligations à long terme tend à baisser par rapport à celui des obligations à court terme. Pourquoi? Parce que les acteurs s’attendent à une baisse de la croissance future, ce qui rend les obligations à long terme plus attrayantes que leurs équivalents à court terme. Ce phénomène vient aplatir la courbe des taux. Les prévisions passées et futures quant à l’écart entre le rendement des obligations à long terme et celui des obligations à court terme mènent à des attentes vis-à-vis de la courbe des taux. Si un nivellement de la courbe est prévu, les investisseurs jetteront leur dévolu sur les obligations à long terme. Si l’inverse est attendu, ils préféreront les obligations à court terme.    

Spécialistes du secteur par catégorie :

Gord Wiesemann

Gord Wiesemann
Directeur, Analyse technique, Gestion de patrimoine Scotia

Gord Wiesemann a débuté sa carrière dans le secteur financier en 1992 à titre d'adjoint aux conseillers chez ScotiaMcLeod, où il a développé un intérêt pour l'analyse boursière et la négociation de contrats à terme sur marchandises, ce qui a l'a amené à gravir les échelons jusqu'à la tête du pupitre de négociation de contrats à terme de la firme. Il a ensuite quitté ScotiaMcLeod pour se consacrer au démarrage et à l'exploitation d'une firme indépendante de négociant-commissionnaire en contrats à terme, où il a commencé à publier des commentaires quotidiens et des analyses sur les marchés. À titre de conseiller en placement, M. Wiesemann a acquis une solide réputation au sein de la petite communauté de négociateurs de Toronto, en raison de la qualité de ses analyses et modèles de négociation, prisés tant par les investisseurs que les conseillers. En 2010, M. Wiesemann est invité à revenir chez ScotiaMcLeod, au sein de l'équipe des contrats à terme à Scotia Plaza. Ses compétences techniques et analytiques hors pair ont permis à cette équipe de se démarquer dans l'industrie. Depuis 2010, il publie périodiquement Scotia Plaza’s Futures Notes, en mettant en lumière des stratégies de négociation disciplinées fondées sur l'analyse technique  et une présentation objective des facteurs macro-économiques importants.

À propos de Gestion de patrimoine Scotia

Gestion de patrimoine Scotia offre une approche innovatrice et axée sur le travail d’équipe, qui couvre de façon progressive toutes les étapes de la vie, soit votre famille, votre profession, votre avenir et ce, une étape à la fois. Avec votre directeur, Relations d’affaires, les spécialistes de Gestion de patrimoine Scotia mettent en commun leurs qualifications et leur expertise pour évaluer ce que vous avez accumulé et pour trouver la meilleure façon de l’administrer au cours des étapes de la vie. Qu’il s’agisse de conseils financiers pour gérer votre patrimoine ou d’une planification minutieuse en vue de son transfert aux générations futures, c’est votre réflexion, combinée à notre réflexion, qui produit l’approche «Une réflexion enrichissanteMC».

Peter Ashton

Peter Ashton
Vice-président, Services à la clientèle, Recognia Inc.

Peter Ashton compte plus de 20 années d'expérience dans la conception, le lancement et la prestation de produits et services de premier plan. Dans le cadre de ses fonctions actuelles chez Recognia, il est responsable de tous les aspects des services à la clientèle. Il s'assure que les services professionnels ainsi que le déploiement de nouveaux sites d'analyse technique sont exécutés avec précision et intégrité. En tant que membre de l'équipe de direction de Recognia, M. Ashton est également responsable de la formation des clients. Il participe fréquemment, à titre de conférencier, à des événements organisés pour certains des plus grands courtiers de détail au monde ainsi qu'à des événements destinés aux investisseurs autonomes comme Traders Expo. M. Ashton est titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en génie électrique de l'Université du Manitoba.

Kathryn St. John

Kathryn St. John
Première directrice, Gestion de produits, Recognia Inc.

Depuis les 10 dernières années, Kathryn St. John a conçu des produits et des outils pour aider les investisseurs autonomes à comprendre, utiliser et exploiter l’analyse technique et la reconnaissance de la formation graphique, afin de prendre de meilleures décisions de placement. Sa passion pour l’excellence et l’analyse technique ont permis à Recognia de créer des produits hors pair qui offrent aujourd’hui à un large éventail d’investisseurs et de négociateurs des analyses exhaustives sur les placements. Plus que la simple analyse technique, ces produits offrent des idées de négociation dynamiques et actives pour tous les types de négociateurs. Mme St. John demeure responsable des projets de gestion de produits chez Recognia et elle a pu constater la popularité de ses réalisations auprès des plus importantes firmes de courtage, banques et institutions du globe. Avant de se joindre à Recognia, elle avait occupé des postes chez Nortel Networks dans les domaines du développement du Web et de la gestion de projets. Mme St. John a obtenu un diplôme de premier cycle en informatique de l’Université Carleton, avec une mineure en administration d’entreprise et avec distinction. Elle détient aussi des certifications en gestion professionnelle de projets et en gestion pratique de projets de Pragmatic Marketing. Elle est aussi régulièrement invitée à donner des conférences pour diverses associations du secteur.

À propos de Recognia

Recognia est le chef de file de l'industrie en matière d'outils d'analyse technique destinés à orienter les investisseurs et les négociateurs en tout genre et de tous les niveaux. Le service de recherche de Recognia couvre plus de 55 places boursières du monde entier, analysant des titres, FNB, devises, indices et contrats à terme. Fondée en 2000, la société Recognia compte maintenant plus de 20 millions d'abonnements et l'on retrouve parmi ses clients Bloomberg, NYSE Euronext, Fidelity, Charles Schwab, Scotia iTRADE, TD Waterhouse, Kotak Securities, Saxo Bank et bien d'autres.

AJ Monte

AJ Monte
Stratège en chef de marché, The Market Guys Inc.

Technicien agréé du marché, AJ Monte possède plus de 30 ans d'expérience dans le secteur des services financiers. Il est actuellement stratège en chef de marché pour The Market Guys. Il enseigne aux professionnels comme aux novices des techniques novatrices pour accumuler des avoirs et les protéger. Il est aussi l'un des spécialistes financiers les plus reconnus de l'industrie, en raison notamment de sa présence à des émissions télévisées sur les réseaux ABC, FOX Business et PBS, ainsi que de sa participation régulière à l'émission de radio Serious Money Radio. Il est l'auteur de deux ouvrages d'éducation financière et il est reconnu partout dans le monde pour ses séminaires éducatifs. Son public regroupe de petits groupes d'investisseurs privés, des universités, des entreprises offrant une formation à leurs employés ainsi que les personnes qui assistent à de grands événements ouverts au public tels que les séminaires «Wealth Mastery» de Tony Robbins et «Never Work Again» de Harv Ecker.

Kirsten Boer

Kirsten Boer
Directrice associée, Sustainalytics

À titre de directrice associée au sein de l'équipe de services-conseils de Sustainalytics, Kristen Boer aident les gestionnaires et les détenteurs d'actifs à intégrer les analyses environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) de Sustainalytics à leurs stratégies d'investissement durable. Elle voit également à la gestion et à la mise en œuvre de projets qui aident les investisseurs à élaborer et mettre en place des stratégies d'investissement durable et elle a également collaboré à la production de matériel traitant des risques liés au carbone et des actifs carbone bloqués. Avant de se joindre à l'équipe de Sustainalytics, Mme Boer a travaillé dans le domaine des normes de certification sur les marchés volontaires de carbone, où elle était responsable de la certification des projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la commercialisation des crédits de carbone qui en résultent.

À propos de Sustainalytics

Sustainalytics est un chef de file mondial dans le domaine de la recherche et de la notation d’indicateurs ESG et de gouvernance. Depuis 25 ans, la firme a réuni les chefs de file en matière de recherche ESG et des spécialistes du service à la clientèle qui lui ont permis de se démarquer et de prospérer. Sustainalytics aide maintenant des centaines d’investisseurs à l’échelle mondiale qui intègrent des données ESG et de gouvernance à leurs processus de placement.

À propos de Gestion de patrimoine Scotia

Gestion de patrimoine Scotia offre une approche innovatrice et axée sur le travail d’équipe, qui couvre de façon progressive toutes les étapes de la vie, soit votre famille, votre profession, votre avenir et ce, une étape à la fois. Avec votre directeur, Relations d’affaires, les spécialistes de Gestion de patrimoine Scotia mettent en commun leurs qualifications et leur expertise pour évaluer ce que vous avez accumulé et pour trouver la meilleure façon de l’administrer au cours des étapes de la vie. Qu’il s’agisse de conseils financiers pour gérer votre patrimoine ou d’une planification minutieuse en vue de son transfert aux générations futures, c’est votre réflexion, combinée à notre réflexion, qui produit l’approche «Une réflexion enrichissanteMC».

Mark Noble

Mark Noble
Chef, Stratégie des ventes, Vice-président, Communications et Relations publiques, Fonds négociés en bourse Horizons inc.

Mark Noble travaille chez FNB Horizons depuis plus de sept ans et il est responsable des communications externes et de la stratégie des ventes. M. Noble est un fervent partisan de la littératie financière et de la formation sur les FNB. Il travaille étroitement avec les équipes des ventes et du marketing de Horizons afin de créer des outils de formation pour les clients, qui permettront aux Canadiens de mieux investir dans les FNB. Avant d’arriver chez FNB Horizons, Mark Noble était journaliste en finances personnelles pour l’Advisor Group, une importante publication de services financiers qui est destinée aux conseillers canadiens.

À propos de Horizons

Regroupant environ 4,2 milliards $ d'actifs sous gestion et 76 FNB cotés à la Bourse de Toronto, la famille de fonds négociés en bourse de FNB Horizons est l'une des plus importantes au Canada. FNB Horizons est une filiale de Horizons ETFs Management (Canada) Inc. et membre de Mirae Asset Financial Group.

David Barber

David Barber
Vice-président, Comptes nationaux, First Asset

David Barber est vice-président, Comptes nationaux, et apporte plus de 20 ans d’expérience dans le domaine des services financiers pour son rôle chez First Asset. Il est chargé du développement et du maintien des relations clés pour les FNB de First Asset. Il travaille avec les analystes en FNB, les gestionnaires de portefeuilles des clients institutionnels et individuels, les directeurs de produits, les conseillers en placement, ainsi qu’avec les canaux de placement autogéré pour intégrer les FNB de First Asset dans leurs modèles d’affaires.

Avant de se joindre à First Asset, David Barber a occupé les postes de chargé de compte, Relations avec les investisseurs, et de négociateur de titres à revenu fixe au sein d'une firme de courtier intermédiaire. Il est titulaire d’un diplôme de premier cycle en sciences (biologie) de l’Université Western Ontario et du titre d’analyste agréé en placements alternatifs (CAIA).

Jason Ayres

Jason Ayres
GSPD, Bourse de Montréal

Jason Ayres est formateur pour la Bourse de Montréal depuis plusieurs années. Il préconise et enseigne aux investisseurs l'utilisation pratique des options pour la gestion des risques, du flux de trésorerie et du niveau d'endettement. M. Ayres a établi de nombreuses relations stratégiques avec certaines des sociétés de courtage et places boursières les plus importantes de l'Amérique du Nord. Il est président de Learn To Trade Global et il a fondé OptionSource.net. Il a obtenu le titre de gestionnaire spécialisé en produits dérivés.

Patrick Ceresna

Patrick Ceresna
MT, GSPD et GPC, Bourse de Montréal

Patrick Ceresna agit à titre de formateur pour le compte de la Bourse de Montréal depuis plusieurs années. Il se spécialise dans l'analyse des relations entre les différents marchés de produits dérivés et l'impact des tendances de ces marchés sur la prise de décisions en matière de négociation et de placements. En plus de son rôle de formateur, il agit également comme stratège en chef, Marché des produits dérivés pour Trade Global.com. Il a obtenu les titres d'expert en techniques de marché (CMT), de gestionnaire spécialisé en produits dérivés (GSPD) et de gestionnaire de placements canadien (GPC).

À propos de la Bourse de Montréal

La Bourse de Montréal (MX) est la bourse nationale des instruments dérivés du Canada. Elle offre des produits de contrats à terme et d'options qui couvrent les principales catégories d'actifs, y compris des dérivés sur taux d'intérêt avec échéance de un jour à 30 ans, sur actions, sur devises et sur indices boursiers canadiens. La gamme d'options de la bourse de Montréal comprend des options sur actions, sur indice, sur devises et sur FNB.

Paul Bhangu

Paul Bhangu
CFA, MBA, Premier directeur, Actions américaines et internationales, Gestion de patrimoine Scotia

Paul Bhangu est gestionnaire de portefeuille inscrit au sein du Groupe conseil en portefeuille de Gestion de patrimoine Scotia, où il est chargé d'élaborer la stratégie d'actions pour les titres de participation américains et internationaux. Il préconise une combinaison de stratégies de placement ascendantes et descendantes dans la gestion de deux mandats axés sur les actions et des listes de recommandations associées. Avant de se joindre à Gestion de patrimoine Scotia, Paul Bhangu a occupé des postes d'analyste principal chez HSBC et d'analyste chez SEI Investments, où il se spécialisait dans la recherche et la stratégie de portefeuille pour les actions internationales et canadiennes. Chez SEI, il faisait partie de l'équipe de gestion de portefeuille qui a remporté le Prix Lipper du meilleur fonds d'actions canadiennes, dans la catégorie 10 ans, en 2010, 2011 et 2012. Il a plus de 13 ans d’expérience dans le domaine des placements, en plus d’être titulaire d’un MBA de l’École de gestion Rotman de l’Université de Toronto. Il porte le titre d’analyste financier agréé (CFA) et a complété le programme pour devenir technicien agréé de marché.

À propos de Gestion de patrimoine Scotia

Gestion de patrimoine Scotia offre une approche innovatrice et axée sur le travail d’équipe, qui couvre de façon progressive toutes les étapes de la vie, soit votre famille, votre profession, votre avenir et ce, une étape à la fois. Avec votre directeur, Relations d’affaires, les spécialistes de Gestion de patrimoine Scotia mettent en commun leurs qualifications et leur expertise pour évaluer ce que vous avez accumulé et pour trouver la meilleure façon de l’administrer au cours des étapes de la vie. Qu’il s’agisse de conseils financiers pour gérer votre patrimoine ou d’une planification minutieuse en vue de son transfert aux générations futures, c’est votre réflexion, combinée à notre réflexion, qui produit l’approche «Une réflexion enrichissanteMC».