Investir sans préjugé

Des études l’ont prouvé : il nous arrive tous de prendre des décisions irrationnelles, et les participants du marché n’y échappent pas. Même si tous les investisseurs s’efforcent d’être objectifs, ils laissent trop souvent leurs penchants bien humains fausser leur jugement – et si tout bon plan d’investissement devrait limiter au minimum les décisions biaisées, celles-ci restent impossibles à éviter complètement. Il faut donc comprendre et accepter que ces biais existent pour ensuite apprendre à les reconnaître et à limiter leur influence dans nos décisions. Dans cette optique, voici quelques-uns des penchants les plus communs lorsque vient le temps d’investir.

À l’achat

Penchant pour les titres locaux : la tendance à investir dans des actifs nationaux sans tenir compte des avantages d’un portefeuille diversifié sur le plan géographique.

  • Solution : structurez votre portefeuille selon une approche descendante et répartissez vos actifs plus uniformément dans le monde. N’hésitez pas à comparer les tendances nationales et internationales pour évaluer le rendement de votre pays par rapport à la scène internationale.

Penchant pour la disponibilité (ou biais d’attention) : la préférence pour les actifs, les fonds ou les instruments financiers qui vous ont récemment été présentés.

  • Solution : demandez-vous pourquoi vous aimeriez investir dans un instrument financier plutôt que dans un autre. Ne vous fiez pas aux brochures attrayantes, car les présentations léchées et les argumentaires de vente percutants peuvent camoufler de mauvaises idées. Avant de prendre une décision d’investissement, consultez plusieurs sources – neutres, de préférence (non motivées par une commission).

À la vente

Penchant instinctif : la préférence pour les actions que vous considérez comme « gagnantes » et votre aversion pour les « perdantes », quel que soit leur véritable rendement ou leurs données fondamentales. Nous nous forgeons une opinion très tôt – généralement dès que nous prenons conscience de quelque chose – et celle-ci peut être plus forte que les faits établis.

  • Solution : tenez un journal d’investissement pour consigner vos réflexions, vos opinions et vos motivations. Inscrivez-y pourquoi vous voudriez acheter une action, son rendement potentiel et les circonstances qui vous pousseraient à la vendre. Consultez votre journal de temps à autre – est-ce que tout se passe aussi bien que prévu? Est-il temps de vendre?

Penchant pour l’ancrage : Penchant pour l’ancrage : la préférence pour votre plan initial, même s’il affiche un piètre rendement. Maintenir le cap permet effectivement d’éviter de prendre des décisions hâtives ou impulsives, mais il ne faut pas hésiter non plus à revoir son plan initial si celui-ci occasionne de lourdes pertes.

  • Solution : réfléchissez au potentiel de rendement de votre investissement et consultez les données pour vérifier vos prédictions.

À l'achat ou à la vente

Excès de confiance : une surévaluation de vos capacités et de votre rendement personnel. Selon des études, la majorité des gens se croient au-dessus de la moyenne, alors que statistiquement, ce n’est vrai que pour la moitié d’entre nous, et la différence n’est pas aussi importante qu’on pourrait le croire. Plusieurs investisseurs sont convaincus qu’ils en savent plus que les experts – et bien des experts se croient plus savants que les autres! Vous fier uniquement à votre opinion ou à votre instinct en négligeant les données et l’opinion de vos pairs peut vous mener à prendre des décisions d’investissement étriquées.

  • Solution : jouez l’avocat du diable et mettez en doute vos décisions. Est-ce vraiment le bon choix? L’opinion dominante a-t-elle du mérite? Si quelqu’un d’autre vous présentait la décision que vous envisagez, que lui répondriez-vous?

Désir de confirmation : la préférence pour les opinions des gens qui partagent notre avis, car nous avons tendance à tenir ces personnes en plus haute estime – si nous avons raison, ils ont également raison (du moins, selon cette façon de penser). Malheureusement, ce sont généralement les opinions contraires qui comptent vraiment.

  • Solution : soyez à l’affût des contre-arguments – le monde de l’investissement regorge de désaccords. Soyez honnête avec vous-même. Recueillez les opinions et les données les plus objectives possible. Sortez de votre zone de confort.

Aversion à la perte myope : une réaction excessive face aux premiers résultats de votre investissement, sans considération pour votre plan à long terme. Voir un titre perdre de la valeur peut être angoissant, et les investisseurs qui souffrent de ce biais ont tendance à larguer leur plan d’investissement à la première difficulté. Or, tout abandonner après quelques ratés à court terme va à l’encontre de l’idée même d’avoir un plan à long terme.

  • Solution : ne laissez pas vos émotions prendre le dessus. Ne déviez pas de votre plan à long terme et utilisez autant que possible des mesures objectives pour décider si vous devez vendre ou non. Évaluez votre tolérance au risque dès le départ, quantifiez-la, puis respectez-la.

Jeter l’argent par les fenêtres : tenter de compenser ses pertes en continuant d’investir dans un actif qui se déprécie. Il peut y avoir plusieurs bonnes raisons d’investir dans un actif à faible rendement, mais elles reposent toutes sur des recherches et des principes solides – par exemple, dans le cas d’une action sous-évaluée ou d’un secteur appelé à prendre de l’ampleur. Investir dans une action en chute libre simplement parce qu’elle « ne peut que remonter », ou parce que vos pertes sont déjà trop importantes pour abandonner, ce n’est pas prendre une décision basée sur des principes solides.

  • Solution : évitez d’investir avant d’avoir détaillé clairement les conditions de vente dans votre plan d’investissement. Si vous avez un objectif de placement, vous devriez également avoir un filet de sécurité, c’est-à-dire une limite pour vendre et ainsi limiter les pertes imprévues. Vous pouvez réaliser des profits grâce à des investissements, mais si jamais leur rendement n’est pas intéressant, il vaut mieux protéger le capital restant en vous retirant sur-le-champ.

Les investisseurs peuvent éviter ces penchants, mais cela demande de l’effort, un apprentissage et de l’expérience. Visitez notre Centre de ressources pour en apprendre davantage sur l’investissement direct ou pour ouvrir un Compte fictif iTRADEMD.